topblog Ivoire blogs

14/01/2010

Naturalisation collective à Koudougou?

Il y a eu une naturalisation collective à Bouaflé. Cela n'a été possible qu'avec la volonté du Président Laurent Gbagbo. A Bouaflé, il y a une forte communauté de Burkinabés. Ils sont essentiellement dans quatre gros villages autour de Bouaflé. Pour l'écrasante majorité, ils sont nés à Bouaflé. ils vivent dans ces villages où ils ont tissé de forts liens familiaux, culturels, sociaux et de fraternité. Cela dure depuis les années 30 pour la plupart d'entre eux. Il y a eu quelques nouveaux migrants après l'indépendance de la Côte d'Ivoire.


Les populations de Koudougou, l'un des villages, ont entrepris de façon officielle et régulière une démarche auprès du Président Laurent Gbagbo dans le but d'obtenir de façon légale la nationalité ivoirienne. Ils ont vécu comme la plupart de leurs concitoyens ivoiriens. Ces populations venues de la sous région, tout comme les populations autochtones comme on dit souvent, ne s'étaient jamais posées de questions de légalité, d'une quelconque régularisation administrative. Elles ont toujours vécu comme ça, vacant à leurs occupations quotidienne en bonne intelligence en cohésion sociale! Il n'y a jamais eu dans l'esprit de la majorité une quelconque défiance de l'autorité ou la tentation de fraude sur la nationalité ivoirienne. Les enfants sont régulièrement scolarisés. Ils sont nés par ailleurs à Koudougou à Bouaflé. Les ascendants donc ont régularisé leur situation individuelle par la voie légale. Leur demande est collective mais leurs dossiers ont été étudiés individuellement. Chaque dossier a eu une réponse légale individuelle.

Ladite demande a été faite au Palais Présidentielle par les représentants dudit village venus rendre hommage au Président Laurent Gbagbo. Le Préfet de Bouaflé a été chargé d’instruire le dossier afin qu'il aboutisse au mieux.

Les demandes qui ont été introduites de façon groupée. Les dossiers ont été traités individuellement en suivant la procédure en vigueur. Le juge n'a fait que signer les certificats de nationalité des individus dont les demandes étaient appuyées d'un Décret de naturalisation.

Il faut tout de même préciser que les précieux documents ont fait, pour certains individus véreux, l'objet d’un trafic insensé. C’est ça le problème de notre société. Un problème de mentalité de la facilité. C’est surtout, à mon sens, les derniers avatars de la culture de la clandestinité héritée de l’époque des répressions coloniales et houphouetistes.

Gérard LEKADOU" lekger1@yahoo.fr
Karamoko LANCINA
kara_las@yahoo.fr
Jeudi 14 Janvier 2010

Les commentaires sont fermés.