topblog Ivoire blogs

06/03/2010

Fétichisme de la démocratie

 

Le Débat ivoirien

 

Thème : Les sociétés africaines

et l’idéal démocratique

 

Animateur : Ildefonse (Enseignant)

 

Lieu : Le Massaï de Montpellier

Dimanche 7 mars 2010

15h00

Entrée libre

Le Cercle Littéraire

 

 

IMG_0816.JPG

Joyeux 8 mars 2010

A toutes les Femelles noires debout!





Le fétichisme de la démocratie

Démocratie ! Le mot fétiche des Africains. Il est dans toutes les rencontres. Il est le premier argument de toutes le conversations savantes et sociales. Sa culture est le rythme tambouriné du quotidien lippu. On dirait qu’il est la fabrication des Noirs. En son nom, des générations entières se font martyrs. En son nom presque tous les leaderships d’hier et d’aujourd’hui sont désavoués. Les mots qui l’expriment alors sont cassants. Ils brisent. Ils concassent. Ils écrasent aussi collatéralement la démocratie elle-même.Tyrannie

Dictature

Despotisme

Autocratie

Absolutisme

Autoritarisme

Pouvoir personnel

Faute majeure ! La démocratie est bafouée. Elle est réduite à la culture d’une seule personne. De l’homme providentiel ! C’est ce que l’on dit dans ces conditions.

Le Nanan

Le Moro Naba

Le Ntarfolo

Le Mwami

Le Mansah

Finalement, une sorte de condottiere canaille, de führer rigolo, de Guide bavasseur et affameur. Il prend le « Sakaha » et le « Cacaho ». Et il cause prospérité et liberté aux « braves paysans » ! Et il décline les maux ! Et il s’offusque aussi de la misère noire des populaces végétant dans les marais citadins. Et il construit des palais somptueux. Folie des grandeurs a-t-on écrit ici et là autrefois. De tout ça on n’a rien retenu. On adule le Chef tout puissant ! Abject ! Intolérable !

Les esprits plus nuancés et feutrés tentent d’examiner autrement le verbe, la notion cardinale du verbatim. Ils n’y trouvent point non plus le mystère qui lui est prêté sous les tropiques. Tout juste consentent-ils aussi à une sorte d’austérité faussée de « l’Etat ventriloque ». Là encore c’est aussi malsonnant aux dires documentés du politologue. Et la démocratie prend des couleurs improbables.

Népotisme

Cupidité

Corruption

Prévarication

Concussion

Malversation

Forfaiture

On aurait applaudi au collectif. Que nenni ! L’idée du partage s’accompagne aussi de laideur, de détournement de sens. Elle pourrit la vie de la multitude qui n’est pas au service des cercles concentriques ! Michel Galy qui l’a écrit autrefois dans son journal de voyage au pays d’Houphouët, le « grilleur d’arachides » ! Ici la démocratie est celle du clan, de la faction, de la tribu. Oui c’est le mot : la démocratie est factieuse et tribale. Quel déshonneur de ne s’exprimer qu’en réseaux de copains, de fratries, d’intérêts particulièrement et véreux, au détriment de la collectivité !

Régime fort

Etat souverain

Parti Etat

Etat jacobin

Etat providence

Du centralisme démocratique dit-on ! Les puriste précisent que c’est du socialisme c’est à dire du capitalisme d’Etat ! Non, Etat totalitaire et liberticide ! Génial et malhonnête tout ça. Non fastidieux ! Personne n’y comprend plus grand-chose.

Ildefonse tente de diagnostiquer et d’établir les pesanteurs et les blocages de nos sociétés, d’en extraire le lien régulateur spécifique et cristallisé, incessible, dans notre patrimoine ontologique.

On ne dira jamais assez que les différents leadership de notre époque troublée et tourmentée ont le devoir impératif de recenser au mois l'essentiel des contradictions inhérentes à notre nation.

Le jour se lève toujours

Lettê na Lettê

 

 

Les commentaires sont fermés.