topblog Ivoire blogs

01/04/2010

L’accalmie comme au Rwanda

 

4602f2f5153477027a754713438bf3d0_L.jpgLe charismatique leader du Cojep a dévoilé c’est à dire redressé, sur la place publique, le vide intellectuel du PhD délivré à Maître Affoussy Bamba Moriféré par les réseaux maçonniques de Bouygues. L’infantilisme juridique ! On lira avec délectation l’interpellation écrite à la camarilla du PhD Dramane Allassane Ouattara. Quatre questions !

1. Les Fn ont-elles nuitamment attaqué l’Etat de Côte d’Ivoire avec la volonté délibérée de renverser l’ordre constitutionnel ? Devant l’échec cuisant, les Fn se sont-elles transformées en rébellion militaro-politique ? Les Fn se sont-elle enkystées à Bouaké avant de se répandre dans tout le Nord mandé et voltaïque sous bonne escorte des forces françaises commises pour l’exfiltration des ressortissants étrangers? Le témoignage écrit de Gary Bush atteste-t-il finalement que les combattants des Fn sont des mercenaires convoyés par la cinquième colonnes de l’Etat français depuis Durban en Afrique du Sud ?

2. L’Etat Ivoirien et le leadership Fpi ont-ils été les victimes de cette grotesque et criminelle manipulation orchestrée par la cinquième colonne de l’Etat français ? Cette philosophie politique des loges aux têtes de yourtes a-t-elle promu des arrangements à l’effet de déliter l’Etat ivoirien, discréditer les Institutions du pays, et accuser ceux et celles qui incarnent l’Etat et les Institutions des pires exactions et de tous les torts de la terre ? La cinquième colonne maçonnique s’est-elle finalement fourvoyée à l’Onu en tentant de faire une sorte d’Opa politique sur la Côte d’Ivoire par deux Résolutions malhonnêtes en leurs formes juridiques et effroyables dans leurs stipulations diplomatiques et dans leurs entendus attentatoires à l’ordre républicain et souverain ivoirien ?

3. L’Apo a-t-il mis un coup d’arrêt sévère à toutes ces contorsions morbides ? Comme toute œuvre humaine, certaines modalités sont aujourd’hui une véritable souricière. Là où les victimes restés loyaux à la République et l’Etat de Côte d’Ivoire disent avoir construit des passerelles, un pont pour faire éclore la bonne source de confiance, les maîtres à penser des Fn y ont-ils vu une faiblesse de l’Etat ivoirien et des patriotes ivoiriens ? L’Apo est-il en voie de devenir un tribunal pour procès en sorcellerie pour le compte exclusif des Frères et Sœurs des Lumières de Montaigne ?

4. La cinquième colonne a-t-elle reproduit les différents mécanismes de l’accalmie comme nous l’avions observé au Rwanda avant la catastrophe terrible que nous connaissons tous ? Faut-il rappeler qu’au moment du Génocide rwandais, l’actuelle direction de l’Ump était à Matignon avec Balladur ! Faut-il souligner que cette direction Ump dominée par la cinquième colonne de l’Etat français avait déployé au Rwanda toutes ses oreilles silencieuses, tous les micros bavards et insolents, tous ses « voyeurs » victimistes sur commande comme Bernard Kouchner, comme Rony Brauman, comme Saint Exupéry ! Bernard Debré y rencontrait-il, de nuit, ses amis Tutsis minoritaires pour mieux les informer sur le dispositif militaire et de défense de l’Etat rwandais d’Habyarimana ? Cette cinquième colonne encadrait-elle les faits et gestes du Président Mitterrand, l’homme du printemps démocratique de la Baule, l’impertinent interprète et lecteur d’Hemingway ?

Donc si le trouble méthodique du leader du Cojep est fondé selon l’interprétation qui vient d’en être donnée, il appartient aux Fn de rendre les armes illégalement détenues à l’Etat ivoirien qu’elles cogèrent désormais ! On ne peut pas être le chef du gouvernement ivoirien à Yamoussoukro et se comporter en guérillero à Palaka ! Les Fn ont-ils le souvenir de Sidjè selon le récit romanesque ou la plume médiatique ?!!! « Le royaume de Kong n'a jamais pu réduire pendant toute son existence (XVIII-XIXe siècle) la guérilla des "farouches Palaka" (Sénoufo de Koumbala et Sikolo) qui sévissait à ses portes. Elle razziait ses caravanes et fermait la route directe avec le royaume frère de Bobo-Dioulasso (Gwiriko). Dernière manifestation de cet esprit guerrier : en 1947 un activiste du Rda, Sikèli Yèo, après avoir refusé l'impôt et tiré sur les gardes de cercle, a transformé son village de Koumbala en "Fort Chabrol". Une centaine de personnes a trouvé la mort face aux auxiliaires alaouites de l'armée française. Parmi les cadavres, on a relevé un bon nombre de femmes qui, disent les témoins cités par la commission d'enquête, rechargeaient les fusils. On est loin du poncif colonial d'un Sénoufo soumis à toute autorité. » La patience est l’autre nom de la raison, de la vérité ! Par la patience, nous savons d’où nous sommes partis, nous savons les stratégies et les convictions de civilisation qui s’affrontent chez nous. Il y a d’un côté les défenseurs de l’ordre colonial réaménagé et de l’autre, ceux et celles qui posent la question de notre liberté en tant que peuples identifiés et identifiables et en tant qu’Etat organisé et responsable. On voit que les moyens matériels et les outils théoriques sont aussi identifiables. Il y a le camp du changement pour le progrès. Et il y a le camp de ceux qui ont « abandonné le combat » de nos devanciers autour d’Etienne Gnaly Djoman, l’enfant de Bodokoua.

C’est tout ça que la posture illisible des rebelles met au goût du jour. On va sortir de la crise d’une manière ou d’une autre. D’aucuns, au Rhpd, préconisent la violence politique et le coup d’Etat ! Sa jeunesse parle de revanche (KKB) et d’écrasement (Yayoro) de leurs concurrents politiques ! C’est abject ! Le Kanégnon ivoirien a enseigné aux  patriotes ivoiriens la force de la parole et de l’argument, des idées de prospérité et de progrès humain. Pour nous donc c’est par la vérité des mots, par la créativité de notre intellect, par la palabre africaine, par le silence des armes folles. L’égarement des PhD sera réduit par la volonté politique déterminée et responsable, les esprits sanguins nègres pacifiés aux libations des Anciens.

Le jour se lève toujours

Lettê na Lettê

 


ble_goude_fp.jpgLa question de Charles Blé Goudé aux Fn et au leader des rebelles ivoiriens

Il y a trois ans, le Président Laurent Gbagbo décidait de discuter directement avec la rébellion qui occupe depuis le 19 Septembre 2002 une partie de la Côte d'Ivoire. Ainsi, naquit le dialogue direct qui a accouché de l'accord politique de Ouagadougou.
 Comme l'objectif de tout accord dans une situation de conflit, celui signé à Ouaga vise à mettre fin à l'état de belligérance et créer les conditions favorables à la réunification politique (redéploiement de l'administration) et économique (unicité des caisses de l'Etat) du pays.
 Le grand espoir suscité par cet accord auprès des populations ivoiriennes est en passe de se transformer en un cauchemar, si l'on se réfère aux dernières déclarations des Forces Nouvelles, indiquant que le désarmement n'est pas lié à l'organisation des élections.
 Etant nous-mêmes acteur de cette crise, et ayant participé à l'acceptation de l'accord politique de Ouagadougou par les populations ivoiriennes à travers la caravane de la paix que nous avons initiée, notre conscience nous interpelle. C'est pourquoi, nous vous invitons à partager cette réflexion au sujet du dernier développement de l'actualité socio politique dans notre pays.
 En effet, depuis quelques jours, par la voix de Me Affoussy Bamba, nouvellement propulsée porte-parole de l'ex-rébellion, Guillaume Soro fait savoir à la surprise générale des ivoiriens que les Forces Nouvelles ne d époseront pas les armes avant les élections. Pire la militante du Rdr venue tout droit de Paris et porte parole des Forces Nouvelles de Guillaume Soro, s'oppose à la radiation des étrangers sur la liste électorale. Affoussy Bamba fait une lecture parcellaire, partiale et indigeste de l'Accord politique de Ouaga qui nous inquiète. Alors question :
 Les Fn ont-elles pris les armes pour régulariser la situation des ivoiriens « sans papiers » ou alors, elles ont pris les armes aux fins d'aider les étrangers à obtenir la nationalité ivoirienne sans respecter la procédure légale en vigueur ?
 Dans tous les cas, le temps est arrivé pour que les Fn de dire clairement aux ivoiriens ce qu'elles veulent véritablement quand la nuit, les Fn partagent les mêmes positions que le Rdr et font croire le jour qu'elles font un travail neutre pour la Côte d'Ivoire. L'on comprend aisément que la casquette d'arbitres que les Fn veulent se donner ne leur sied guère. Quand on a pris des armes pour « balafrer et diviser » un pays, on n'est plus arbitre, on devient belligérant. Et quand on décide de mettre fin à la belligérance à travers un accord librement signé, on se comporte conséquemment. Après « la fin du combat de boxe », que font encore les Fn avec les gants ? 
Et lorsque la victime décide de vous accorder son pardon, en fermant les yeux sur certains de vos agissements peu orthodoxes, vous deviez vous gêner par égard.
 C'est fort de cette attitude responsable que les ivoiriens attendaient beaucoup des Fn. Surtout après les efforts consentis par le Chef de l'Etat, notamment la nomination de Soro Guillaume comme 1er ministre, le reversement de soldes, l'amnistie des ex-combattants, la reconnaissance des grades, l'intégration à la fonction publique de Côte d'Ivoire des enseignants volontaires et des agents des services de santé pendant que le chômage sévit dans la zone gouvernementale. Mieux, le Président Laurent Gbagbo a entrepris des travaux de grande envergure dans les zones Cno en vue de la reconstruction des infrastructures économiques, sociales et culturelles détruites pendant les affrontements.
 Il est donc archi-faux que de faire croire à la communauté nationale et internationale que le Chef de l'Etat serait un frein à la réunification du pays et à l'organisation des élections. En tout état de cause, le désarmement, ainsi que l'indique l'accord complémentaire 4 de Ouaga en son article 3 est une condition pour l'organisation des élections dans notre pays. En ce qui concerne l'appel au calme lancé par le 1er ministre, nous voudrions en prendre acte et l'en remercier. Cependant, il est bon d'indiquer que s'il y a une autorité qu'on doit appeler au calme, c'est bien le Sg des Fn. Tout simplement parce qu'il se cache derrière les déclarations inutilement provocantes de son porte parole, Me Affoussy Bamba, par ailleurs membre active de la représentation du Rdr en France pour narguer les ivoiriens.

On a tout compris.

Charles Blé Goudé

Président du Cojep

 

04:13 Publié dans Polémique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : accalmie

Les commentaires sont fermés.