topblog Ivoire blogs

16/04/2010

Le Gentil Jean Antoine Oulaï libre

 

LogoIlluBIG.jpgOn devrait pouvoir dire : « tout ça pour ça ! » N’eût été la disparition d’un être humain, on se tambourinerait la poitrine pour fêter la liberté de notre frère Jean Antoine Oulaï ! Je dois dire ici aux Kieffer qu’ils devront désormais chercher leur frère disparu du côté de la cinquième colonne maçonnique française qu’ils fréquentent assidument.

 


Même privé de liberté, Jean Antoine Oulaï a décrit, pour la postérité ivoirienne, les pratiques raciales et racistes des voyous qui gangrènent l’Etat français et détruisent la vie d’honnêtes gens. L’unité de cette organisation de l’armée secrète autour de Ramaël vient de mettre à nue, à son insu, la « Kill Team » infiltrée dans tous les parquets de France et de Paris ! Elle nous a démontré sa capacité de nuisance en Afrique noire et dans les pays de la ceinture orientale du Caucase ! Elle nargue et élimine les nôtres ! Mais comme notre Kanégnon national a mis notre gôpô dans son affaire, tous les mécanismes et moyens logistiques des Kieffer se dévoileront d’eux-mêmes. Il ne servira donc à rien d’accuser, de salir et chercher à affaiblir moralement le leadership ivoirien ou des Ivoiriens anonymes. Ils ne sont en rien responsables de la disparition de M. André Kieffer.

La théorie malhabile de l’antisémitisme ivoirien est définitivement morte en Côte d’Ivo ire ! Dominique Nouvian, celle dont on avait pas le droit de dire qu’elle était « blanche et juive par la mère » y est Fanta Gbè. Jean Pierre Béjot, l’un des théoriciens de la catégorisation des Ivoiriens a fini par tout lâcher ! Le PhD Dramane Allassane Ouattara, le défenseur des « cadres musulmans aux grands boubous du Nord ivoirien » ne pouvait pas être un tribaliste ! Là encore, tout le monde compte et décompte les membres de la haute hiérarchie de son partie, et Madiara Coulibali s’étonnera de ce qu’il n’y que des Dioula au Rdr !!!!

Les inconditionnels d’hier ont compris la fumisterie criminelle de celui qui revendique être le descendant des massacreurs des « farouches Sénoufo » de Palakha !!!! C’est la plume de Lemassou qui nous l’a révélé. Le PhD Dramane Allassane Ouattara est d’une lignée de personnages violents de Sikasso à Kong en passant par Bandiagara !!!! La violence et le sang versé !!!! Et depuis les Ivoiriens ont fait l’expérience de cette violence avec le Fpi allié au Rdr du PhD Dramane Allassane Ouattara. L’armée ivoirienne avec le Gal Robert Guéhi ont fait l’expérience de cette violence dans leur alliance avec le PhD Dramane Allassane Ouattara. C’est Honoré Zohin qui nous l’a dit !!!!! L’actuel Premier ministre rebelle et ses amis ont fait l’expérience de cette violence. Zakaria a trop parlé !!!!!! Adama Koné a détaillé les réseaux qui prennent pied à Tel Aviv et depuis le livre de Labertit, on sait le rôle d’un certain Eric Besson, philosémite au Parti socialiste ou encore Guillaume Houzel, conseiller socialiste à Paris cité par Guillaume Soro Kigbafori himself. On a aussi parlé de restaurant hôtel tenu par un Juif ami personnel du couple Ouattara-Nouvian !!!!!! Donc, la topographie de tous les réseaux violents ivoiriens aboutissent aux mêmes milieux, avec comme figure titutélaire le « quasi-délinquant » de Paris selon le mot d’Arnaud Montebourg !!!!!

Pour calmer mon ami Alexis Gbansé particulièrement remonté contre le « régime aux abois » selon la veulerie d’Eric Kieffer, j’avais écrit un petit torchon bien ivoirien. Je reproduis ici ces quelques phrases pour éclairer les lumières éteintes des Kieffer : «Notre ami Alexis Gbansé nous fait la leçon de la rigueur et de l’impartialité et pourtant ses amis, ses journalistes indépendants et justes sont au cœur de la gadoue qui égorge impunément en Côte d’Ivoire depuis les visites nocturnes des résidences universitaires, le froid assassinat de Zirignon Zébié, l’Ordonnance anticasseurs, le coup d’Etat médical de février 1992, la caporalisation de la justice avec la suspicion légitime du juge Yanon Yapo et les lois liberticides de l’amnistie générale. Voilà des gens qui ont récusé le juge Yanon Yapo et qui ont porté aux nues le juge corrompu de Dimbokro ! Ça, Gbansé a oublié! Mais nous non ! Ainsi va la vie des kabbales ! Et notre pays est pris en otage par les loges du complot mondial selon le mot de Maurice Joly faisant dialoguer en enfer Montesquieu et Machiavel ! La franc-maçonnerie s’est arrogée les droits exorbitants et criminels chez nous ! Elle utilise, comme en Algérie, il y a longtemps, des « harkis » ou supplétifs de l’armée coloniale française ! Aujourd’hui les « harkis » sont noirs pour les besoins de la cause, ils sévissent en Côte d’Ivoire ! Gbansé applaudit ! Sériba, l’interviewer de Salomé y pourvoie ! » Peut-être que les autistes Kieffer comprendront que les Ivoiriens qui soutiennent le Président Laurent Gbagbo ne sont pas des spécialistes de la gâchette et des kalachnikov. Ils étaient là lorsque les leurs disparaissaient en Côte d’Ivoire et que Francis Bouygues et les siens y contrôlaient tout. Les partisans de l’actuel Kanégnon ivoirien étaient là lorsque les boîtes de nuit fréquentées par les Israéliens, par les Américains et par les Français disparaissaient sous les flammes des incendies criminelles. Les incendies continuent en Côte d’Ivoire. Les disparitions aussi ! A l’époque on chantait les louanges de Félix Houphouët-Boigny ! Aujourd’hui on accuse, sans preuve, l’entourage politique direct et familial du Woodi de Mama, le Kanégnon ivoirien. Voilà la vérité des Kieffer et de leurs « harki » ivoiriens ! Tout est vérité et justice si ça sert les intérêts du tabernacle erratique français des Kieffer ! Comme en Guinée et au Niger ces derniers temps !!!!!

Pour avoir esquissé les grandes lignes d’une palabre africaine victorieuse, la haute hiérarchie de la cinquième colonne a actionné toutes ses structures à faire preuves d’imagination. Les Kieffer, bien entendu, se sont mis dans le wagon du chantage morbide !!!! Sous aucun prétexte, ils n’auraient manqué à l’appel ! On voit bien d’où vient cette politique du victimisme de Nuremberg qui a tout fait et continue de tout faire pour salir les hauts dirigeants ivoiriens et la Côte d’Ivoire. C’est petit, malhonnête et criminel. L’affaire de M. André Kieffer vient encore nous dévoiler l’autre pan des réseaux de la « Kill Team » française ! Le coup de l’accusation frontale a échoué. On a payé des Ivoiriens pour salir leur pays et leurs dirigeants. Oulaï et d’autres nous l’ont dit ! Ils ont refusé de se mettre au service de la quasi-délinquance des Kieffer !!!! On a payé des mercenaires depuis Durban écrit Gary Bush pour égorger en Côte d’Ivoire. L’entreprise criminelle a échoué. Gaspard Déli est devenu chef rebelle depuis sa geôle de Korhogo tenue par les rebelles !!!! L’Onu est mise à contribution comme au Rwanda pour discréditer les hautes autorités de l’Etat ivoirien. La manœuvre a échoué à Abidjan avec le Gti de Bonnecorse et à l’intérieur de l’hémicycle du Conseil de Sécurité de l’Onu d'un certain Koffi Annan. Depuis le Kanégnon ivoirien y donne des leçons de Palabre africaine. Non, M. Eric Kieffer ! Les dirigeants ivoiriens et la Côte d’Ivoire ne sont pas responsables de la disparition de votre frère. Il vous faudra cesser vos conneries !

Si Oulaï a le temps, il pourra venir voir ses frères ivoiriens de Montpellier. Ils lui réserveront l’accueil qu’il mérite parce que même privé de liberté, il a combattu par la palabre africaine les théories insensées débitées par les Kieffer et leur camarilla imbue d’elle-même et effroyablement criminogène !!!!

Mais voilà, le temps, comme nous l’enseignent nos sages villageois, est l’autre nom de la raison et de la vérité. Le temps est en train de faire son œuvre. La vérité, la vraie va éclater. Et nous serons là pour la dire vertement aux voyous de la cinquième colonne de l’Etat français. Et ce n’est pas les bas et pauvres subterfuges des « p’tits gars » du « pov’con de Neuilly » et du curieux et malhonnête juge d’instruction Ramaël qui changeront quelque chose à la manifestation de la cruelle vérité.

Le jour se lève toujours

Lettê na Lettê

 

 

IlluminatisManipulations.jpgSix ans après la disparition de Kieffer, le principal suspect libéré Jeudi 15 avril 2010 - Par AFP

Six ans jour pour jour après la disparition de Guy-André Kieffer à Abidjan le 16 avril 2004, le principal suspect doit être remis en liberté vendredi, ce qui va paradoxalement permettre la poursuite de l'enquête, se félicite la famille du journaliste.
 Après deux ans et demi en détention provisoire, l'Ivoirien Jean-Tony Oulaï, soupçonné d'avoir dirigé le commando responsable de la disparition du journaliste franco-canadien, sera libéré vendredi à la suite d'une décision d'un juge des libertés et de la détention, confirmée par la cour d'appel de Paris.
 Lors de sa disparition, Guy-André Kieffer enquêtait sur des malversations, notamment dans la filière cacao, impliquant des proches du pouvoir. Il a été vu vivant pour la dernière fois sur un parking d'Abidjan alors qu'il avait rendez-vous avec Michel Legré, beau-frère de Simone Gbagbo, l'épouse du président ivoirien. Son corps n'a jamais été retrouvé.
 Mis en examen début 2006 pour enlèvement et séquestration en bande organisée, Jean-Tony Oulaï avait été incarcéré le 17 octobre 2007 après avoir violé son contrôle judiciaire.
 Or, en matière criminelle la détention provisoire ne peut excéder trois ans et risquait d'entraîner la clôture de l'enquête.
 L'avocat de la famille Kieffer, Me Alexis Gublin, s'est félicité jeudi de cette libération à l'occasion d'une conférence de presse dans les locaux de Reporters sans frontières (RSF) marquant le sixième anniversaire de la disparition et le lancement d'une campagne d'affichage à Abidjan pour demander "la vérité" sur cette affaire. 
"Contrairement à ce que l'on pourrait penser, cette remise en liberté est pour nous extrêmement positive", a fait valoir l'avocat. 
"Maintenant, nous sommes libres, nous n'avons plus d'échéance, de nombreuses investigations vont pouvoir être menées à leur terme", a-t-il expliqué soulignant qu'"il ne s'agit pas de s'acharner sur Oulaï ou quelque exécutant que ce soit mais de remonter jusqu'aux commanditaires".
 Me Gublin a évoqué notamment la demande d'entraide formulée en décembre auprès de la Cour pénale internationale sur l'éventuelle implication dans des "escadrons de la mort" d'Ivoiriens, dont Simone Gbagbo et des membres présumés du commando.
 "Il y a d'autres éléments susceptibles de venir conforter ce que l'on sait déjà", a avancé Bernard Kieffer, frère du disparu, évoquant des témoignages sur la détention pendant deux jours du journaliste au sous-sol du palais présidentiel. Selon lui, "c'est une affaire qui n'a jamais cessé d'avancer". 
Pourtant, a rappelé Jean-François Julliard, secrétaire général de RSF, "on n'a jamais senti de vraie volonté politique ni en France ni en Côte d'Ivoire d'aboutir". Recevant la famille Kieffer en août 2007, Nicolas Sarkozy avait assuré qu'il faisait de ce dossier une "priorité".
 Or en janvier, la France a annulé la majeure partie de la dette ivoirienne sans aucune contrepartie judiciaire, ont regretté les parties civiles.
 De son côté, la Côte d'Ivoire "fait de cette affaire une affaire d'Etat alors que nous n'y voyons qu'une affaire criminelle et crapuleuse", a accusé Me Gublin.
 Présent dans le public, l'avocat ivoirien de Simone Gbagbo, Me Rodrigue Dadjé, s'est alors longuement employé à défendre l'attitude de la Côte d'Ivoire, monopolisant la parole.
 "Il n'est pas bon de dire que la Côte d'Ivoire fait des entraves dans cette enquête", a-t-il martelé, pointant la "piste française" avancée par la justice ivoirienne.
 "Votre intervention me fait très plaisir car elle montre combien le régime ivoirien est aux abois", a répliqué Eric Kieffer, autre frère du disparu.

 

Commentaires

i love iluminati Six ans après la disparition de Kieffer, le principal suspect libéré

Écrit par : redouane | 02/11/2011

Les commentaires sont fermés.