topblog Ivoire blogs

18/04/2010

Femme obscure

 

nefertiti.jpgElle est nue et obscure la femme noire. Et la nuit de sa peau est vie. Voilà la beauté chantée par le poète. La gazelle aux attaches célestes est notre futur. Et le tamtam sculpté de la savane aux horizons purs des monts Soïena donne le rythme de notre quotidien ! Et le fruit mur de la chair ferme porte désormais perruque l’autre "burqa" honteuse ! Et la femme nue décolore, aux huiles blanchissantes, l’horizon moiré des lumières étoilées ! Et l’ombre de sa chevelure est un souvenir de musée et d’ethnologues puristes. Et aujourd’hui notre Nefertiti est à la merci des colonnes infernales, des bandes conversos.

C’est le chant amoureux de Léopold Sédar Sengho, le poète de Joal. Il a chanté, pour nous, le chant de l’autre Afrique bercée aux vents chaleureux des côtes Sérères du Djoloff. Que dis-je ? Il a laissé en héritage à tous les Africains une ode immortelle, une ode qui ne ride pas aux souffles corrosifs de la civilisation, une ode à la beauté magique et magicienne de la femme obscure, de la femme nue dont la nuit de la peau est l’autre épithète du sacré de la vie.

 

Le Jour se lève toujours

Lettê na Lettê

 


Nefertiti_30-01-2006.jpgFemme nue, femme noire

Vétue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté

J'ai grandi à ton ombre; la douceur de tes mains bandait mes yeux

Et voilà qu'au coeur de l'Eté et de Midi,

Je te découvre,

Terre promise, du haut d'un haut col calciné

Et ta beauté me foudroie en plein coeur, comme l'éclair d'un aigle

Femme nue, femme obscure

Fruit mûr à la chair ferme, sombres extases du vin noir, bouche qui fait
 lyrique ma bouche

Savane aux horizons purs, savane qui frémit aux caresses ferventes du
 Vent d'Est

Tamtam sculpté, tamtam tendu qui gronde sous les doigts du vainqueur

Ta voix grave de contralto est le chant spirituel de l'Aimée

Femme noire, femme obscure

Huile que ne ride nul souffle, huile calme aux flancs de l'athlète, aux
 flancs des princes du Mali

Gazelle aux attaches célestes, les perles sont étoiles sur la nuit de ta peau.

Délices des jeux de l'Esprit, les reflets de l'or ronge ta peau qui se moire

A l'ombre de ta chevelure, s'éclaire mon angoisse aux soleils prochains de tes yeux.

Femme nue, femme noire

Je chante ta beauté qui passe, forme que je fixe dans l'Eternel

Avant que le destin jaloux ne te réduise en cendres pour nourrir les
 racines de la vie.

 

Léopold Sédar Senghor

Extrait de
 "Oeuvres Poétiques" Le Seuil

 

00:40 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : burqa, nefertiti, senghor, joal

Commentaires

Bel hommage à la femme noire!!!

La seule difficulté, c'est que le Président Léopold Sédar SENGHOR n'a jamais cherché à sensibiliser la femme noire afin qu'elle prenne réellement conscience de sa beauté, qu'elle assure sa dignité et enfin qu'elle préserve sa place dans la société.

Écrit par : BONI ACHIEPO Anselme | 22/04/2010

Les commentaires sont fermés.