topblog Ivoire blogs

15/10/2011

Texto à ma fille

Dabou-7-Aout.jpgEstelle Prudence,



Le monde bouge. La Côte d’Ivoire avec. Et tu te poses des questions interminables. Une méthode ! Elle te permettra de te comprendre toi-même et de comprendre les autres et probablement le monde.

Si tu as une question importante à poser, tu prends une feuille de papier et un crayon et tu l'écris. En trois points !

1.- Tu t’exposes les circonstances et le contexte

2.-Tu tires les conclusions et conséquences qui te paraissent contradictoires ou contraires à ce quoi tu penses être vrai ou juste. Toute idée ou toute pensée que nous portons est toujours considérée juste ou vraie

3.- Tu formules ta question

Tu vois ma fille, le problème de notre pays n'est pas d'être pour Gbagbo ou non. Tous les Ivoiriens qui réfléchissent vraiment à la dignité de notre pays sont tous et toutes pour Laurent Gbagbo même s'ils ont des griefs ponctuellement fondés contre le Woudi de Mama. Cela veut dire quoi? Cela veut dire qu'il faut séparer les questions alimentaires, comme tu le penses, des questions fondamentales. Être ministre par exemple est une question alimentaire. Elle ne règle aucun problème dans le pays. Houphouët-Boigny a demandé au Fmi de régler les problèmes alimentaires. 
Notre pays a eu droit à une politique alimentaire « d’ajustement et de réajustement » « sévère ». Le mot est de Henri Konan Bédié ! Dix-huit ans après Houphouët-Boigny les problèmes alimentaires demeurent toujours en l’état. La guerre des mensonges avec !!!

Cependant dire que notre pays ne doit plus être gouverné depuis les loges maçonniques de Paris, voilà une idée fondamentale, le vrai sillon qui jugule nos souffrances morales et politiques. Cette vision nous responsabilise totalement. Les actes qui découleraient seraient plus prêtés aux officines maçonniques et autres flibustiers et corsaires d’empire défunt ! Cette politique suppose notre liberté individuelle et collective. Elle pose notre responsabilité politique vis a vis de nous-mêmes et des futures générations. Laurent Gbagbo a tenté d’incarner / incarne cette politique. Liberté et responsabilité. C'est en cela que je défends cet Ivoirien, l'enfant fétiche des terroirs Bété de Côte d'Ivoire. C'est pour cette même raison que je me suis élevé contre Félix Houphouët-Boigny qui avait tout bradé à Charles de Gaulle. Tant que cet héritage n’est pas clairement soldé, d’authentiques étrangers se croiront les vrais propriétaires de la Côte d’Ivoire. D’ailleurs les Ivoiriens découvrent avec stupeur ceux qui, sous Félix Houphouët-Boigny, avaient promu l’idéologie de l’expropriation de nos terroirs du Guébié et du Krou pour que les « amis historiques » aient une terre d’accueil. Eiffel et Césaréo et l’armée française ont refait violemment surface. Il manque à l’appel pour le moment Belkiri. C'est tout! C’est ça le problème ! Le reste c'est comme tu le dis si bien c'est "manger" et l'on voit que les Ivoiriens ont toujours faim!!!!

Pourtant le pays a des richesses. D'immenses richesses agricoles et minières. Et la question que tous se posent est: Pourquoi sommes-nous pauvres malgré toutes ces richesses? Pourquoi ce sont exclusivement l'Etat français et les « amis historiques » de Charles de gaulle qui détiennent tous les permis d'exploitation de nos richesses minières et agricoles? Et pourquoi, nos gouvernements doivent-ils solliciter l'accord de l'Etat français pour toutes leurs orientations politiques? 
C'est cette question plurielle passablement alimentaire qui fait désordre, qui a fait désordre parce que promue par Laurent Gbagbo. Sa phrase choc: « Nous voulons décider seuls chez nous ». La réaction de la franc-maçonnerie française a été terrible. Tentatives de coups d'Etat, Rébellion, Hold-up électoral, Embargo médical et finalement Destruction de la Résidence des chefs d'Etat de Côte d'Ivoire avec l'enlèvement, la déportation intérieure et l'embastillement de notre Kanégnon en pays Senoufo de Korhogo. 

Libérer Laurent Gbagbo est donc le premier acte que nous devons poser à la face du monde. Libérer Laurent Gbagbo, c'est signer la fin de la présence insolente de l'Etat français en Côte d'Ivoire et la défaite historique de la franc-maçonnerie, c'est nous réapproprier notre pays, c'est décider librement et en responsabilité chez nous, c'est échanger avec les autres sur la base du respect réciproque de nos dignités individuelles et collectives, c'est finalement refuser définitivement l'asservissement.


Lopou, dans l'Odiokrou, nous a indiqué le sentier sûr pour la restauration de notre dignité humiliée et torturée à Korhogo. Naki à Paris, Zeguen à Elubo, Koua à Yopougon sont désormais votre visage public, le visage de la jeunesse ivoirienne en lutte. Vous êtes le bouclier inaliénable de notre Patrie commune. Déterminés et mobilisés comme vous l'êtes, nous vaincrons les forces de la terreur maçonnique et de la barbarie des Dozo.



Allez filles et fils dignes de Côte d'Ivoire


Occupez Yopougon
la belle

Envahissez Koumassi la combattante

Marchez dans Abobo libre et frondeuse


Levez vos mains nues vers le ciel


Montrez au monde entier

La jouvence de vos fières poitrines

Entonnez ensemble notre hymne Fraternité


De notre Eburnie immortelle

Et dans ce mouvement Debout

Chaleureux et radieux
de vos coeurs

Pétris de tolérance sereine et vraie

Libérez-nous des carcans négriers


Restituez à chacune et à chacun


La dignité de sa fierté ivoirienne


Et nos terroirs Godié seront indépendants

Et nous vivrons libres en paix avec nous-mêmes

Et notre pays sera vraiment à nous, à nous tous

Et surtout jaloux de sa souveraineté naturelle!!!!



Le jour se lève toujours

Lettê naa Lettê

 

Les commentaires sont fermés.