topblog Ivoire blogs

03/11/2011

Miaka Ouréto - Dialogue républicain!!!!

Bunker (64)(1).JPGDiriger une organisation politique de gouvernement n’est pas chose aisée. Ça c’est la vérité ! Miaka Ouréto en est l’exemple parfait. Ce « bon à rien» se répand dans les médiats ivoiriens. Il soutient vouloir « Libérer Laurent Gbagbo et le reste suivra ». Dans sa bouche ou sous sa plume ce programme politique complet devient un slogan fastidieux et grotesque.

Faut-il rappeler à Miaka Ouréto, dans les conditions historiques d’aujourd’hui, le sens et la cohérence indépassable de la vision stratégique construite à Accra ? Assurément qu’il organise son propre discours de la Vertu ivoirienne.

1- Le Président Laurent Gbagbo et les détenus politiques ivoiriens doivent recouvrer tous leurs droits et libertés de mouvement et de parole publique naturelle. Leur sécurité physique garantie. Leurs biens restitués. Leurs avoirs dégelés.

2 - Le contentieux électoral doit être vidé clairement et définitivement.

3 - Le débat républicain fermera définitivement cette douloureuse page de notre histoire commune.

Que fait Miaka Ouréto ? Il cogite comme M. Jourdain ! Il n’écoute pas. Il ne comprend pas ce que disent ses propres amis politiques. Ils ne capitalise pas le sens des sorties médiatiques de ceux et celles d’en face.

1. - Par exemple. Miaka Ouréto propose à Dr Dramane Allassane Ouattara un curieux débat républicain. Or, on ne peut parler de débat républicain en Côte d’Ivoire qu’à la condition impérative de la libération effective du Président Laurent Gbagbo, le règlement du litige électoral savamment orchestré par Nicolas Sarkozy utilisant, à des fins factieuses, les moyens diplomatiques et militaires de l’Etat français.

2. - Par exemple. Gaoussou Touré dit à Miaka Ouréto que son mentor c’est à dire Dr Dramane Allassane Ouattara est un « pantin » qui s’est mis au service de la franc-maçonnerie façon Nicolas Sarkozy. Donc, la question du contentieux électoral est toujours pendante. Le Président Laurent Gbagbo l’a dit et répété à ses conseils juridiques et aux journalistes qui ont pu le rencontrer.

Donc demander ou exiger la libération du Président Laurent Gbagbo c’est demander et exiger la clarification du verdict des urnes. C’est refuser d’entériner le coup de force colonial et négrier. C’est rendre lisibles tous les faisceaux de culpabilité avérée ou déduite !!!!. C’est surtout afficher et affirmer l’indépendance totale et la souveraineté internationale de notre pays. C’est défendre l’intangibilité de notre Etat c’est dire nos lois du bloc constitutionnel et nos institutions.

La crise politique du 11 avril 2011 doit être traitée avec rigueur. Ce sont les résultats de ce traitement qui ouvriront les portes d’un débat républicain responsable dans notre pays. Participer à la Commission Dialogue Vérité et Justice ou boycotter des élections législatives c’est, au bas mot, valider l’autorité morale et politique de Dr Dramane Allassane Ouattara. Nous savons tous que Dr Dramane Allassane Ouattara n’a pas gagné l’élection présidentielle de novembre 2010 en Côte d’Ivoire. Son autorité ne peut être opposée aux Ivoiriens. Certains de ses « suiveurs » le disent ! Mamadou Koulibaly, le « fier d’être ingrat », Ahoussou Jeannot et tant d’autres le préconisent dans les médiats sérieux de Côte d’Ivoire. Dr Dramane Allassane Ouattara himself l’a avoué. Il soutient même que la privation de liberté du Président Laurent est une décision de la communauté maçonnique mondiale. Il a été porté au pouvoir par un coup d’Etat colonial et négrier.

Miaka Ouréto doit revoir sa copie. Ou quitter ses fonctions actuelles !

 

Le jour se lève toujours

Lettê naa Lettê

 

 

 


Déclaration des partis membres du Cnrd

Ivorian.Net-3/11/2011

Le lundi 31 octobre 2011, une délégation des partis membres du CNRD a été reçue par M. le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur à sa demande. Cette audience qui faisait suite aux observations des partis membres du CNRD sur les réponses du Gouvernement contenues dans le document intitulé « chronogramme de mise en œuvre des suggestions du Front Populaire Ivoirien », s’est déroulée conformément au souci des deux parties (Gouvernement et partis membres du CNRD) de maintenir le dialogue républicain.

Les sujets abordés concernent notamment :

ü la libération du président Laurent Gbagbo et de tous les autres détenus,

ü le rétablissement d’un environnement sécurisé sur toute l’étendue du territoire national,

ü le retour des exilés et des déplacés, le dégel des avoirs des cadres du CNRD,

ü le re-équibrage de la composition de la CEI, la fiabilité de la liste électorale,

ü le financement des partis politiques…

Sur l’ensemble de ces points, des promesses ont été faites par le M. Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur au nom du Gouvernement.

Au regard de ce qui précède, nous remercions le Chef de l’Etat et son gouvernement, en particulier le Ministre de l’Intérieur pour sa disponibilité et l’encourageons à poursuivre le dialogue républicain, facteur de rapprochement et de cohésion sociale.

Pour l’heure, nous réaffirmons notre volonté d’aller à des élections législatives ouvertes, transparentes, équitables, crédibles et sécurisées. C’est pourquoi nous sommes persuadés que les discussions en cours aboutiront à des avancées significatives pour la réconciliation et la démocratie.

 

Fait à Abidjan, le 02 Novembre 2011

Ont signés :

FPI : Laurent AKOUN

RPP : Bertin GANIN

UDCY : Jacques AKOSSI

URD : Djolo Philomin GUIHOUNOU

MNC : Henri NIAVA

AIRD : Mointi DJÈ BI

UNG : Martial Honoré GBAHI

Cap UDD : Gervais COULIBALY

 

21:39 Publié dans Polémique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.