topblog Ivoire blogs

14/04/2011

Pain ! Médicaments! Travail!

 

610x (1)(146).jpgIl y a des moments qui, dans l’histoire, sont porteurs de grands bouleversements et de vrais et déterminants progrès. C’est le cas aujourd’hui en Afrique noire et en Côte d’Ivoire. Nos élites formées dans les célèbres universités d’Occident se sont évertuées à expliquer l’incompatibilité du système économique et social dominant avec nos sociétés du Krou de l’Akan, du Voltaïque et du Mandé. Elles ont été moquées et sévèrement réprimées.

Tout indique pourtant que l’économie politique mondiale est en échec absolu. Les chroniques médiatiques dissertent sur la profondeur structurelle du système mondialisé. Le fiel des plumes dépose sur les crises monétaires, l’austérité économique, les pénuries alimentaires et les frustrations sociales. De partout, les théoriciens de l’orthodoxie idéale du système maçonnique le disent et l’écrivent. Les politiques publiques des pays d’Occident tentent des réformes. Tout le monde voit que ça ne marche pas. Fin de l’histoire clame Fukuyama ! La grande désillusion constate Stiglitz ! La voie est bornée malgré l’optimisme de Morin !

La crise du système politique d’Occident est donc insurmontable. Il n’est pas réformable. Alors que font les élites dirigeantes des Etats occidentaux. Elles ont repris leurs méthodes prédatrices et criminelles d’il y a un demi millénaire. Le Discours sur l’Afrique de Victor Hugo en est le rendu le plus parfait. « Allez, prenez cette Afrique. Dieu donne l’Afrique. Colonisez et résorbez vos problèmes sociaux ». Nous avons lu Victor Hugo distraitement. Nous n’avons retenu de la barbarie d’Etat que son caractère fantasque et misérabiliste.

Plus récemment une lecture similaire nous a été délivrée dans ce que nos élites visibles ont appelé le Discours de Dakar - intégralement publié ci-dessous. De Gassama Makhili à Ba Konaré, nos élites férues d’histoire ont tenté d’en montrer l’inanité morale et politique. Le lyrisme de nos griots de l’aventure ambiguë nous a momentanément soulagé. Il n’a pas résolu la question soulevée par le Discours de Dakar qui posait la « suprématie blanche » comme le nouveau paradigme entre nations présumées libres et égales en dignité.

Pour se défendre d’avoir discouru sur des stupidités, le leader français nous propose les preuves de sa lecture des rapports entre nations civilisées et les primitifs recensés par Levy-Bruhl. Il nous présume « bien-meuble » comme ses ascendantsl’avaient fait avant lui. En instrumentalisant quelques esprits faibles ivoiriens et africains, le leader français veut faire la démonstration de ce que c’est lui qui avait raison contre tous. Certains Ivoiriens et Africains n’ont-ils pas des comportements barbares ? N’égorge-t-on pas en Côte d’Ivoire pour plaire au maître négrier français ? Et ces massacres massifs dans le Wê rappellent cruellement les razzias, les rafles des Noirs,  la destruction des cités des Noirs africains par d’autres Noirs africains.

Le zèle déployé par les Dozo ivoiriens à capturer le Kanégnon ivoirien révèle si besoin était ce qui s’est passé dans nos terroirs il y a maintenant un demi millénaire. Ou plus près de nous, ce qui s’est passé dans la brousse du pays Baoulé à Ahouno ou dans la forêt du Sud-ouest ivoirien avec un certain Angoulvant. Verschave a publié à la page de garde de « France Afrique le crime continue » la photo de trois légionnaires français posant avec la tête tranchée d’un leader Baoulé.

La Résolution de l’Onu dominée par les Etats négriers d’autrefois ressemble autres Arrêts de même nature et de même ordre notamment leTraité de Tordesillas, la Bulle de Nicolas V, l’Edit royal français. La mission civilisatrice s’est muée en mission pour l’instauration de la démocratie et la protection des populations civiles !!!! Michel Collon se répand à expliquer que les loges maçonniques, enfin les Etats de l’Occident maçonnique ne pouvaient pas dire autre chose pour justifier les expéditions criminelles d’aujourd’hui. Le « médiamensonge », voilà le néologisme conceptuel en vogue !

Ce qui se passe en ce moment en Côte d’Ivoire est non seulement la réponse de Nicolas Sarkozy aux élites noires et leurs alliés mais surtout le retour à un demi millénaire en arrière. Jacques Verges le dit avec la brutalité du mot : la France a reconquis la Côte d’Ivoire ! On peut imaginer la suite si nous ne décidons pas dans la clarté à prendre notre destin en main. Les us et les traditions de l’Europe occidentale présentés comme la vertu démocratique universelle sont en passe d’accoucher chez nous une effroyable hydre démoniaque !!! On connait même l’ampleur du désastre prochain si nous pinaillons sur l’accessoire.  Nous sommes sommés de tirer les bonnes conclusions. Nous ne devons pas chercher à nous adapter au système comme l’ont préconisé nos devanciers. Félix Houphouët-Boigny, Henri Konan Bédié, Robert Guéhi et Laurent Gbagbo ont eu, à quelques nuances près, la même attitude et démarche politique. Dr Dramane Allassane Ouattara se fait clairement sous-fifre du système qui nous a nié toute dignité humaine et qui a surtout échoué partout.

La situation préoccupante de la Côte d’Ivoire est plus claire depuis le 11 avril 2011. Elle a mis en lumière les « guerres secrètes » faites à l’Afrique noire pour capter ses immenses richesses. La méthode du chantage économique a échoué. La stratégie funeste de la guerre civile a échoué. Le coup de force entre Noirs a échoué en Côte d’Ivoire. L’Etat français a utilisé la couverture du casque bleu de l’Onu pour faire usage de ses bombardiers à l’uranium appauvri. D’aucuns ont parlé de frappes chirurgicales avec au bout la mort industrielle, la mort de milliers d’Ivoiriens déchiquetés. Le diktat de tel ou tel potentat d’Occident ne fait plus recette. Alors, on créé des coalitions avec toujours les mêmes trio : Usa, Royaume uni, France et  leurs « Tomahawk » ou « Patriot » de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. En Côte d’Ivoire, Nicolas Sarkozy formera aussi sa coalition internationale de l’Onu et de certains Etats de la Cedeao : Sénégal, Burkina, Nigeria, etc.. Les Puma et Mi-24 détruiront tous les symboles de la souveraineté des Ivoiriens. Les Forces spéciales de Neuilly « captureront » le Kanégnon ivoirien en prétextant un mandat de l’Onu. Puis curieusement, Nicolas Sarkozy le remettra à ses pires ennemis politiques.

Pendant cinquante ans, nous nous sommes élevés directement contre nos dirigeants même si nous les soupçonnions de n’être que des valets, des faire-valoir du système négrier maçonnique. L’espoir suscité par le Kanégnon ivoirien a, d’une certaine façon, anesthésié notre vigilance et notre diagnostic. Jusqu’au 11 avril 2011, nous y avons cru. Aujourd’hui nous savons. Nous ne pouvons plus nous tromper. Le décor est clair. D’un côté l’Etat français et ses Dozo. De l’autre, nous et notre peuple. C’est ça les nouvelles données de notre problème. Il s’est considérablement simplifié. La réponse aussi.

Nous avions, jusqu’à maintenant, promu la Résistance pour préserver la vie des Ivoiriens qui avaient prétexté la stigmatisation, la ségrégation et l’exclusion pour s’élever contre les élites dirigeantes de notre pays. Finalement, la lumière a été faite. Ce sont les loges maçonniques d’Occident qui les avaient instrumentalisés manipulés. Dr Dramane Allassane Ouattara, Guillaume Soro Kigbafori et Henri Konan Bédié notre Nzueba national, voilà les têtes d’affiche du parti de l’étranger. Le Kanégnon ivoirien l’a dit avec les mots justes. Ils sont des « masques », la « main invisible que nous voyons ». Ces trois fils de notre Patrie se sont perdus, sont complices d’un crime absolu, le crime de génocide. Nous ne nous battrons plus contre eux pour les ramener à la maison. Ils ont d’eux-mêmes compris l’enjeu de la période ouverte. Nous devons préciser et décider des buts et des moyens de la Résistance nouvelle à promouvoir.

Les buts c’est mettre fin à la prédation maçonnique, c’est nous réapproprier notre Etat et nos immenses richesses pour donner sens et cohérence à notre dignité, à notre souveraineté. Les moyens de lutte sont ceux, pacifiques et radicales, dont aura décidé notre peuple. Nous avons les compétences qui nous permettent de relever tous les défis culturels, sociaux, économiques et politiques. La lutte que nous allons promouvoir ne peut qu’aboutir. Elle ne peut pas échouer. Notre peuple doit sortir massivement pour réclamer du pain, des médicaments et du travail. Il sera forcément brimé par la force publique. Les exactions seront imputées à l’Etat français. On n’accusera plus notre Kanégnon des torts imaginaires. Parce que tout le monde sait maintenant que les « Escadrons de la mort » n’étaient rien d’autre que le « Commando invisible ». Mais on a tout fait pour éviter le rapprochement ! Les Dozo ou « harki » ivoiriens et la Force Licorne ou l’Oas  de Nicolas Sarkozy, voilà pour notre pays les porteurs du coutelas égorgeur.

Nous ne nous élèverons pas contre l’inconscience des  Ivoiriens égarés. Nous avons fait le choix de notre liberté, de la prospérité de tous et de notre nation.

Cinq cents ans d’errance, ça suffit !

Le jour se lève toujours

Lettê naa Lettê

 

Lire la suite