topblog Ivoire blogs

30/03/2010

Du Tabernacle erratique français

coucher-soleil-10-45295844d8.jpgLes neuf morts français en novembre 2004 ne sont pas morts à Bouaké mais bien à Vavoua. Ils ont été transportés sur le théâtre de Bouaké pour piéger et faire croire à une barbarie de l'Etat ivoirien et du Président Laurent Gbagbo. Les Fanci et les jeunes patriotes de l'opération Dignité ont été attaquée à l'entrée de Bouaké par les Casques bleues et non une quelconque rébellion. Tout ça a été orchestré, dit Paul Axel, par le cercle restreint autour de Chirac. Donc c'est la cinquième colonne qui s'est imposée au sommet de l'Etat français. Chirac a couvert! Les « mercenaires » biélorusses, russes et ukrainiens de l'Etat ivoirien ont été retournés par leurs frères du Tabernacle du Pentateuque victimiste!Cette histoire racontée par Paul Axel nous confirme chaque jour ce qui s'est passé au Rwanda. Si tout s'était gâté, la France aurait été en position cette fois-ci d'imposer son pion qui n'aurait pas été le leader des rebelles comme au Rwanda. La cinquième colonne aurait été gagnante, d'un coup elle aurait tout contrôlé. Devant le désastre d'Abidjan - le journaliste en parlera certainement -, on a vite fait de remettre en selle la rébellion dont on avait commencé à exfiltrer les éléments vers Israël selon le témoignage d'un rebelle nommé Koné Adama. Mais contrairement à ses plans, elle a perdu et échoué et la rébellion a été inexistante. Et cette fois-ci, contrairement au Rwanda ce sont les rebelles que l'on avait mis au vert à Niamey, à Lomé, à Ouagadougou et à Tel-Aviv qui ont été redéployés avec le soutien militaire bien incompréhensible des casques bleus marocains! Le leader légal et légitime gouverne et décide en Côte d'Ivoire ! L'Etat ivoirien est resté debout ! Malgré tout ! L'Onu nous l'avait dit. Et nous étions autistes ! Les archives des mêmes voyous parleraient. Le temps est l'autre nom de la raison et de la vérité.

Le jour se lève toujours

Lettê na Lettê

 

Lire la suite

00:10 Publié dans Textes | Lien permanent | Commentaires (0)